Accueil > Découvrir > Côté canal > Histoire > Le Canal du Midi et l'ensablement

Le Canal du Midi et l'ensablement

Ensablement

Les travaux du Canal du Midi ont commencé en 1667 et duré 14 années, mobilisant plus de 12 000 hommes.
Mais des problèmes persistent...

L’ensablement :

Dans la région méditerranéenne, les petits cours d’eau connaissent des crues très dangereuses lors des orages estivaux et comblent rapidement et partiellement le lit du canal par des apports de terres, sables, limons.
La navigation devient très dangereuse.

Solutions à l’ensablement :

Riquet est mort en 1680. Ainsi, pour résoudre définitivement ce problème d’ensablement qui persiste, le roi Louis XIV fait appel à Vauban, ingénieur des fortifications. Vauban est très admiratif de l’œuvre de Riquet, mais reconnait ses faiblesses.
Une des principales choses que fera Vauban est de faire passer sous le canal les ruisseaux qui croisent la route du Canal du Midi. Pour cela, il fait construire des aqueducs dont certains sont des ponts-canaux tout le long du canal.
Reste toujours cependant ce problème de l’eau. Avec l’aide d’un certain Niquet, Vauban décide alors d’augmenter le débit du réservoir de Saint-Ferréol (réservoir d’eau).

Riquet avait prévu ce problème d’ensablement. Il avait déjà notamment bâti quelques aqueducs et notamment le premier pont-canal d’Europe (les autres ont été construits par Vauban).

Il n’avait cependant pas prévu que le canal puisse déborder.

La Grande Brèche de Capestang en 1766.

En 1766, au cours d’un violent orage, le canal a débordé. Il y a en effet eu un trop-plein d’eau et les portes n’ont pas été ouvertes à cause du mauvais temps. Le canal a alors débordé, creusant une brèche dans les berges et inondant Capestang. Ce n’est pas la première inondation due au canal mais cela a été l’occasion de commencer de nouveaux travaux toujours visibles de nos jours afin que cela ne se reproduise pas.
Suite à cette catastrophe, cette brèche est l’occasion de revenir sur les caractéristiques techniques du canal : il est important de savoir que ni le fond ni les côtés du canal ne sont maçonnés, les terres alentours sont donc sujettes à de nombreuses infiltrations. Ce ne sont ainsi pas a priori des berges très solides. Cet épisode a donc donné lieu au renforcement complet de la berge. Dans ce souci de la fragilité des berges, on a continué à construire d’autres agencements comme par exemple des pans de bois.