Accueil > Découvrir > Côté vignobles > Histoire > Petit patrimoine bâti

Petit patrimoine bâti

 

L’économie, longtemps dominée par l’agriculture et la culture de la vigne, a fait jaillir de nombreux ouvrages typiques et authentiques. Un riche petit patrimoine bâti attend le visiteur au détour des chemins.

 

Les capitelles

Les capitelles sont des constructions en pierres sèches plates (lauzes) bâties sans liant en forme d'igloo. Elles servaient d'abris au paysan, au vigneron le temps que la pluie cesse ou d'une courte sieste. Les capitelles permettaient  aussi de stocker les pierres retirées inlassablement des parcelles pour préparer la mise en culture. Aujourd'hui elles subliment le paysage viticole et attisent la curiosité des randonneurs.

 

Les murs en pierres sèches

Sous la forme de petites bandes de pierres à flan de colline, les murs en pierres  Ils permettant d'organiser et délimiter les cultures en terrasses.
Délimiter les parcelles, parquer le bétail ou orner les jardins font partie de leurs autres fonctions. 

 

Les fours à pain

Autrefois, chaque commune disposait de son four à pain. Au delà de sa fonction principal, le four à pain communal était surtout un lieu de convivialité, on retrouve d'ailleurs fréquemment un banc à proximité.

 

Les menhirs et les dolmens

Du Canal du Midi au Saint-Chinian, plusieurs vestiges mégalithiques en roche calcaire rappellent la le passage des premières société organisées. Le Languedoc recèle d’ailleurs de plus de dolmens que la Bretagne. Retrouvez-les à Cébazan, Assignan et Villespassans.

 

Les moulins à vent et les moulins à eau.

Très importants pour la vie locale, les moulins étaient des lieux privilégiés de vie sociale, de transmissions d’informations et de coutumes. A Saint-Chinian, le Moulin du Rocher, totalement restauré en 2000, est un moulin céréalier disposant d’un panorama magnifique sur Saint-Chinian et son vignoble. Dans le hameau de Rouïere, sur la route reliant Capestang à Quarante l'Eolienne de Bollée attire le regard. Fabriquée par Auguste Bollée, elle permettait d'alimenter en eau le château de Rouïère.